Actualités

L’édito

Cette collection, que j’ai créée en 1955, est née dans le Grand Nord à la suite d’une confrontation dramatique entre le peuple des Esquimaux polaires de Thulé, qui vivait alors une vie encore très archaïsante sur le plan technique, et une base nucléaire américaine. Cette confrontation, qui allait brutalement précipiter une civilisation millénaire dans le monde occidental moderne, s’est imposée pour moi comme un symbole et c’est ainsi que Terre Humaine est devenue le porte-parole et plus encore le cri de tant de peuples opprimés, de tant d’hommes et de femmes humiliés au Nord, au Sud, à l’Est, à l’Ouest de notre planète.

 

Afin que ce cri puisse retentir profondément, j’ai souhaité qu’il s’exprime tant par des témoins indirects que, directement, par ceux-là mêmes qui en sont des victimes. Et c’est ainsi qu’avec le livre fondateur Les Derniers Rois de Thulé et celui qui devait être mondialement considéré comme un chef-d’oeuvre Tristes tropiques de Claude Lévi-Strauss, Terre humaine a publié le bouleversant Soleil Hopi ou l’Indien Talayesva, puis Ishi, puis Les Carnets d’enquête d’Émile Zola.

 

Ainsi, pour la première fois dans une collection occidentale, étaient réunis sur un plan d’égalité la pensée d’hommes de la « Civilisation du livre » et celle d’hommes « sans écriture » si longtemps oblitérée. Tradition écrite et tradition orale enfin côte à côte, ensemble pour dénoncer à tous les niveaux les formes pernicieuses et multiples d’injustices qui ravagent notre monde moderne. C’est ainsi que peu à peu, à travers ses Cent livres, Terre Humaine a poursuivi sa mission grâce aux éditions Plon, tant en France qu’à l’étranger en raison de ses nombreuses traductions. La voix douloureuse jusqu’alors étouffée de tant d’offensés et d’humiliés a pu partout se faire entendre.

 

Louons maintenant les Grands hommes, le si beau titre de l’Américain James Agee dont le témoignage dénonce l’extrême misère des paysans de l’Alabama dans les années 30, exprime mieux que beaucoup de discours avec les photographies de Walker Evans, le but essentiel de Terre Humaine.

 

En rapprochant les cris de douleurs ou de révolte de tous ces peuples de diverses régions du monde, d’hommes et de femmes humiliés ou trahis, Terre Humaine s’impose aujourd’hui, à une époque qui par les médias fait découvrir dans les hameaux les plus reculés, les abus de tous ordres que les pouvoirs dits libéraux ou totalitaires se livrent. Terre Humaine fait une oeuvre de salut public que je suis heureux et fier, avec les lecteurs, d’avoir réalisée.

 

Jean Malaurie

Directeur fondateur de la collection Terre Humaine

Terre humaine